Pas forcément la paire

Devant leurs exploits, on y perdrait notre latin. Comme le dit souvent un contemporain : «la réalité dépasse parfois la fiction». Dans le cas d’espèce, elle la dépasse largement. Même les esprits les plus «élevés» cherchent à comprendre. Comprendre les réalités de la paternité… tant qu’il est connu d’un adage populaire camerounais que «seule la mère sait qui est le père de son enfant». Mais, il advient que certains prennent la clé des champs. Refusant d’assumer ce statut marqué dans l’ADN du petit être, qui grandit encore à peine dans le sein de sa mère. 

«L’enfant, ce n’est pas celui qui l’a accouché, mais celui qui l’a élevé». Cette sagesse reprise par certains auteurs de l’art musical prend tout son sens face à certains « accidents de parcours ». Les écorchées de la vie vous diront, en s’appuyant, parfois sur des récits bibliques, que le père de leur enfant est celui qui en a pris soin. Pas celui qui a «semé» et s’en est allé, sans se soucier de faire germer la semence, l’entretenir, la faire arriver à maturation pour espérer en cueillir des fruits. Ce « père » peut donc être leur oncle, leur grand-père dont le nom figurera même sur l’acte de naissance.

L’essentiel étant, pour elles, de donner un statut légitime à leur progéniture. Quand certaines ne leur disent pas simplement que leur père est mort. Le cliché «d’enfant naturel», «bâtard» ou « né de père inconnu » étant blessant et stigmatisant. Alors, pourquoi les «géniteurs s’en fuient souvent ? Comment les enfants abandonnés perçoivent, vivent cette situation ? Quid des «papas» piégés. Ce mois, Nyanga ouvre le débat sur la paternité, afin que les enfants ne payent plus les pots cassés..


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Eric ELOUGA / Tempo
    Jul 02

    Couples : que le « meilleur » gagne !

    Pour le meilleur et le pire. Une formule magnifique et pleine de sens pour traduire la dimension dévote et sacrificielle de l’amour partagé, qui passe au stade de l’engage...

  • par GAËL DE SOUZA / Dossier
    Jun 12

    Equation pénible à résoudre

    Il est des cas où la paternité est vêtue d’une incroyable complexité. Tenez Paul M. a 28 ans ; il y a peu, il a rencontré les parents de Priscille K. Le but ...

  • par ERIC NDIEN / Dossier
    Jun 12

    Sometimes good, sometimes bad

    In typical African context, a father goes beyond blood ties. With the evolution of time, the perception is fading out. Children, with the influence of some parents, see it differently nowadays. Cam...


Besoin d'aide ? Contactez-nous