Le donner et le recevoir

Selon un dicton de nos terroirs, « c’est avec la poule qu’on va demander la chèvre». Les cadeaux, de fin d’année ou d’autres moments, provoquent assurément la joie chez les personnes qui les reçoivent. Mais ceux qui offrent, qu’y gagnent-ils ? Le plaisir d’offrir, diront beaucoup. Pas faux. Il n’est pas certain cependant que cette sensation soit particulièrement intense. En tout cas, pas au point de rendre l’autre expérience – le fait de recevoir – inutile, inintéressante.

De fait, tout le monde aime recevoir. Et si certaines personnes n’étouffent pas leur entourage avec des rappels itératifs à l’approche d’un anniversaire ou de la fin d’année, il reste qu’une bonne surprise, c’est la joie assurée. Même si elle est mesurée. Petit problème : ce fameux « plaisir d’offrir », certains ont apparemment décidé de ne jamais l’éprouver. Ou si peu, si rarement.

On a beau faire valoir que la période festive est propice aux dons, à la générosité et au partage dans le cadre de la vie en société, rien n’y fait. Les membres du mouvement «PSD», comprenez «Prendre sans donner», restent fidèles à cette idéologie. Ils ont les bras grand ouverts, mais les mains fermées. Les «raisons» ne manquent pas, pour justifier cette «orientation» singulière, notamment la revendication du statut de non-nanti, qui les exempterait, selon eux, de la convenance, de l’élégance sociale qui consiste à offrir un présent.

Prétextant la vie dure, un statut social trop modeste, etc. ils ne vous feront jamais de cadeaux. Littéralement. Au fond, ça vaut peut-être mieux. N’attendez rien de celui qui n’offre jamais. Et si un jour vous le voyez débarquer chez vous avec une «poule» en offrande, faites bien attention à vos «chèvres».


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Myriam DJEKI / True story
    Jan 27

    MARIE-NOËLLE ABOMO ATANGANA : L’INCROYABLE GUERISON !

    Sorcellerie ? Acharnement du destin ? Pourquoi elle, précisément ? Qu’a-telle fait au Bon Dieu ? Des interrogations restées sans réponses… Le pied d...

  • par Myriam DJEKI / True story
    Jan 27

    ON CROYAIT QUE C’ÉTAIT UN PETIT ABCÈS…

    Tout a commencé lorsqu’elle avait 7 ans… Une enfance plutôt joyeuse jusque-là. Deuxième d’une fratrie de cinq, elle ne se doutait pas encore de ce qui ...

  • par Myriam DJEKI / True story
    Jan 27

    ON M’A OPÉRÉE MAINTES FOIS

     Après plusieurs examens, ils ont pu déceler le hic. Le problème. C’était en effet, une maladie de l’os. L’ostéomyélite. «Dans...


Besoin d'aide ? Contactez-nous