Le donner et le recevoir

Selon un dicton de nos terroirs, « c’est avec la poule qu’on va demander la chèvre». Les cadeaux, de fin d’année ou d’autres moments, provoquent assurément la joie chez les personnes qui les reçoivent. Mais ceux qui offrent, qu’y gagnent-ils ? Le plaisir d’offrir, diront beaucoup. Pas faux. Il n’est pas certain cependant que cette sensation soit particulièrement intense. En tout cas, pas au point de rendre l’autre expérience – le fait de recevoir – inutile, inintéressante.

De fait, tout le monde aime recevoir. Et si certaines personnes n’étouffent pas leur entourage avec des rappels itératifs à l’approche d’un anniversaire ou de la fin d’année, il reste qu’une bonne surprise, c’est la joie assurée. Même si elle est mesurée. Petit problème : ce fameux « plaisir d’offrir », certains ont apparemment décidé de ne jamais l’éprouver. Ou si peu, si rarement.

On a beau faire valoir que la période festive est propice aux dons, à la générosité et au partage dans le cadre de la vie en société, rien n’y fait. Les membres du mouvement «PSD», comprenez «Prendre sans donner», restent fidèles à cette idéologie. Ils ont les bras grand ouverts, mais les mains fermées. Les «raisons» ne manquent pas, pour justifier cette «orientation» singulière, notamment la revendication du statut de non-nanti, qui les exempterait, selon eux, de la convenance, de l’élégance sociale qui consiste à offrir un présent.

Prétextant la vie dure, un statut social trop modeste, etc. ils ne vous feront jamais de cadeaux. Littéralement. Au fond, ça vaut peut-être mieux. N’attendez rien de celui qui n’offre jamais. Et si un jour vous le voyez débarquer chez vous avec une «poule» en offrande, faites bien attention à vos «chèvres».


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par GAËL DE SOUZA / Dossier
    Jun 12

    Equation pénible à résoudre

    Il est des cas où la paternité est vêtue d’une incroyable complexité. Tenez Paul M. a 28 ans ; il y a peu, il a rencontré les parents de Priscille K. Le but ...

  • par ERIC NDIEN / Dossier
    Jun 12

    Sometimes good, sometimes bad

    In typical African context, a father goes beyond blood ties. With the evolution of time, the perception is fading out. Children, with the influence of some parents, see it differently nowadays. Cam...

  • par Carine ESSOSSO / Dossier
    Jun 12

    Mêmes devoirs

    Décrit comme celui qui assure, en lieu et place du père biologique, ses fonctions auprès de l'enfant, il pourrait s'agir du beau-père, de l'oncle, du cousin,...


Besoin d'aide ? Contactez-nous