« DONNONS-NOUS LA MAIN »

L’association créée par Martin voit officiellement le jour il y a cinq ans. Et depuis, le fondateur multiplie les actions de bienfaisance, en faisant appel à la générosité de ses amis et en s’appuyant aussi sur sa crédibilité et sa célébrité. Il explique sa démarche : « Si tout le monde me respecte pour ce que j’ai pu devenir, pour le talent que j’ai, pourquoi est-ce qu’aujourd’hui, je ne vais pas rappeler à tout ce monde ce que j’ai traversé comme étapes et qu’il y a d’autres Martin Camus Mimb qu’il faudra aller soutenir. » C’est dans cette optique que l’année dernière par exemple, avant la rentrée académique 2019, il a organisé une collecte afin d’offrir un tricycle à la jeune élève Charnelle Brinda Kenfack, élève en première C au lycée de Bamendou, dans la région de l’Ouest.

Et il s’intéresse à toutes les personnes vulnérables parce que quelques semaines plus tard, Martin Camus Mimb, à travers « Donnons-nous la main », lançait une chaine de solidarité pour les victimes de la catastrophe naturelle de N’gouache survenue en octobre 2019 à Bafoussam. Des actions qui venaient ainsi s’intercaler dans le quotidien humanitaire de M. Mimb. Comme les remises de fournitures ou les arbres de noël aux enfants avec le handicap. A côté de ces opérations ponctuelles, Martin Camus Mimb est déterminé à s’inscrire dans la pérennité. Il est ainsi en train de développer le grand projet de l’association : le centre de formation pluridisciplinaire moderne pour les métiers des Technologies de l’information et de la communication (TIC), situé au quartier Essengue dans l’arrondissement de Douala 1er.

Un centre multimédia, construit avec l’aide du programme Y’ello Care de MTN, destiné à l’autonomisation des personnes vivant avec le handicap. « Je suis arrivé à la conclusion que l’école pour eux est difficile parce que la scolarité d’un enfant qui vit avec le handicap est très compliquée. Ce centre leur permet d’avoir au moins une expertise avec un métier qui exige moins de mobilité pour pouvoir travailler. » L’espace, en phase terminale d’équipement, devrait accueillir ses premiers stagiaires pour ce mois d’avril.

SUITE


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...

  • par Eric ELOUGA / Tempo
    Jul 02

    Couples : que le « meilleur » gagne !

    Pour le meilleur et le pire. Une formule magnifique et pleine de sens pour traduire la dimension dévote et sacrificielle de l’amour partagé, qui passe au stade de l’engage...

  • par GAËL DE SOUZA / Dossier
    Jun 12

    Equation pénible à résoudre

    Il est des cas où la paternité est vêtue d’une incroyable complexité. Tenez Paul M. a 28 ans ; il y a peu, il a rencontré les parents de Priscille K. Le but ...

  • par ERIC NDIEN / Dossier
    Jun 12

    Sometimes good, sometimes bad

    In typical African context, a father goes beyond blood ties. With the evolution of time, the perception is fading out. Children, with the influence of some parents, see it differently nowadays. Cam...


Besoin d'aide ? Contactez-nous