MA CAMPAGNE D’ABORD

Très vite, il commence à réaliser son rêve. Jeune étudiant en médecine à l’université de Yaoundé I, il démarre avec le groupe des étudiants en médecine originaire du Littoral. En août 1997, cap sur Dibombari dans le Littoral. Le projet reprend trois années plus tard. Georges Bwelle devient médecin en 2000. Il se sent plus armé et reprend avec les campagnes. Petit à petit, les gens s’intéressaient à son projet.

Camerounais, Américains, Espagnols, les âmes de bonne volonté s’y mettaient. En 2008, il s’envole pour la Belgique où il fait une spécialisation en chirurgie du colon, du pancréas et du foie. Il y passe seize mois. Il revient mieux outillé. La même année, l’association devient officielle. On l’appelle Ascovime : Association des compétences pour une vie meilleure. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, le docteur et son équipe laissent des marques.

Soins médicaux, remise de dons, etc.… Tout est gratuit. Rien ne l’arrête, toutes les semaines, une campagne. Même s’il est souvent confronté à de nombreuses difficultés. Avec son groupe, des situations arri - vent où ils doivent pousser leur véhicule à travers des rivières, la boue, et même sous une forte pluie. A l’arrivée, ils sont acclamés, c’est tout un festin. Des chants, des danses, des cris de joie. Quand le travail commence, plus de distractions.

Nous avons également vu un homme très rigoureux. Ils peuvent opérer toute une nuit sans dormir. Le sommeil, c’est au retour. D’un autre côté, le chirurgien et son équipe ont vécu des décès : «les décès, on a déjà eu. En cours de campagne et après. Quand ça arrive, on respecte la procédure au Cameroun, s’il faut aller en justice, on s’y rend. Un accident peut arriver, mais notre but est de sauver les gens», explique-t-il...Lire la suite


Commentaires

Laisser un commentaire


Autres articles que vous aimerez lire...


Besoin d'aide ? Contactez-nous